Sauvons la bière du coronavirus !

La consommation dans les bars et restaurants représente près de 70% des ventes des brasseries en Espagne

65% de la consommation de bière se fait dans les bars et restaurants

La nouvelle que je ne sais pas si ça m’a fait plus de mal aux yeux ou à l’estomac: « La France va jeter 10 millions de litres de bière, quatre piscines olympiques pleines », ont expliqué les Brasseurs de France. Le coronavirus en est également engraissé par le confinement et la fermeture de l’industrie hôtelière. Selon l’Association espagnole des brasseurs, une entité qui représente pratiquement toute la production de bière en Espagne, l’augmentation des ventes dans le canal de distribution, les magasins, les supermarchés et en ligne dépasse 30% , mais cela ne suffit pas pour compenser l’absence de consommation dans les hôtels, bars et restaurants, ce qui représente 67% du total dans des circonstances normales.

Et c’est que l’arrivée du coronavirus a radicalement changé les habitudes liées à la consommation de certains aliments, dont la bière. Bien que nous ayons tous fait l’effort de continuer à le boire à la maison, et que la majorité de nos amis nous saluent d’une seule main par visioconférence, ce sont plus de 300 000 établissements d’ accueil qui génèrent 344 000 emplois et contribuent au secteur de la bière plus de 15 500 millions d’euros ces dernières années. Mais comme nous l’explique David Castro, fondateur de Cerveles La Cibeles , « 95% de nos clients ont fermé en raison de la pandémie, et de Cervezas La Virgen, son directeur marketing, César Pascual, assure que beaucoup ne supportent pas la situation et « on estime qu’environ 30% des bars de notre pays restent sur la route » .

La baisse des ventes mondiales de bière artisanale due au coronavirus est de 75%

La baisse des ventes mondiales de bière artisanale due au coronavirus est de 75% .

Avec Madrid et Barcelone sur le point d’entrer dans la phase 1 et de revenir sur les terrasses, et de nombreuses villes côtières en herbe et grandes capitales passent à la phase 2, il est temps de revenir à la bière les bons moments que nous attendons il faut aussi peu de temps que possible pour récupérer ou la mousse disparaîtra. « La vente de bière a diminué de 40% depuis le début de la crise , atteignant 75% dans le cas des » bières artisanales « ou artisanales », explique Jacobo Olalla, directeur général de Cerveceros de España . La solution selon lui, cela passe par son soutien « à l’ouverture progressive des établissements de restauration, toujours dans le respect des normes de sécurité de chaque instant », mais le plus important, si possible, est de « générer la confiance des consommateurs pour que nous puissions revenir profiter de cette boisson que nous aimons autant qu’avant: en bonne compagnie et avec quelque chose à manger ».

Prêchez, prêchez et prêchez

David González, vice-président de l’ Association espagnole des brasseurs artisanaux indépendants ( AECAI ), est convaincu que la croissance des bières artisanales au cours de la dernière décennie se poursuivra malgré la pandémie car «nous travaillons à égaliser la culture de la bière espagnole avec le reste des pays environnants, où la bière est plus qu’une simple boisson gazeuse pour étancher votre soif ». Les retards dans le franchissement des phases, comme dans les cas de Madrid et de Barcelone, les ont touchés de très près puisqu’ils « concentrent un public cosmopolite et exigeant, et ce sont les grands marchés du secteur artisanal à côté des zones touristiques côtières ». Dans son travail face à la désescalade, il souligne comment ils conseillent leurs associés « sur des questions telles que les ERTE et le financement pour garantir notre avenir », et se consacrent à promouvoir des canaux alternatifs pour atteindre le consommateur basés sur « la prédication, la prédication et la prédication » pour que les gens voient la bière artisanale comme un produit « spécial et de qualité ». La taille des brasseurs artisanaux signifie qu’ils ont été sauvés, car «le fait que la crise a commencé en hiver nous a permis de rationaliser nos productions pour l’été et que nous n’allons pas devoir détruire beaucoup de produits ; trois mois plus tard, il nous aurait emmenés avec nos entrepôts pleins ».

Mais cette reprise est-elle en ligne avec les mesures proposées pour les phases de désescalade de l’hôtellerie? Il semble que seulement 15% se soient ouverts lors de la phase 1 de la désescalade , selon la direction. Certains ont fermé à nouveau en raison de la faible activité et la plupart du secteur préfère attendre au moins la réouverture de la phase 3. « Nous parions sur le critère de la distance physique plutôt que sur la capacité », Jacobo Olalla nous l’avoue, car «nous proposons d’augmenter la capacité comme mesure pour éviter la fermeture de certains magasins; l’important sera de mettre en œuvre des mesures de soutien aux entreprises hôtelières, souvent petites et familiales. » Ainsi, il a été transféré au ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Luis Planas, la table de travail composée de FIAB, AECOC et Hospitality of Spain, lors de la récente réunion qu’ils ont tenue. Parmi les mesures, augmenter la liquidité, ne pas augmenter la fiscalité sur la consommation, libérer plus de tranches de l’ICO et de manière plus agile, différer le loyer et payer les impôts ou accorder des microcrédits garantis par l’État.

Campagne La Cibeles, qui lance sa boutique en ligne pour livrer votre Pack San Isidro, composé d'une brune et d'une blonde ... filles du peuple madrilène

Campagne La Cibeles, qui lance sa boutique en ligne pour livrer votre Pack San Isidro, composé d’une brune et d’une blonde … filles du peuple de Madrid.

Le maître brasseur de Cibeles , David Castro, est du même avis : nous pensons que les critères de 30% de la capacité auparavant et maintenant de 50% ne sont pas adéquats, car il y a beaucoup d’endroits qui ayant une terrasse, les espaces sont suffisamment larges pour qu’il y ait la distance requise sans avoir à la limiter . «  D’où la fausse sécurité et l’appréciation qu’il ne vaut peut-être pas la peine d’en ouvrir certaines. Et, d’autre part, » les frais d’hôteliers restent les mêmes que quand ils avaient les locaux pleins : locations, électricité, etc … ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *