Le mythe du télétravail rencontre ses limites !

Le mythe du télétravail rencontre ses limites

7,9% des salariés ont travaillé à distance, au moins occasionnellement, au cours du quatrième trimestre 2019. Aujourd’hui, le tableau est radicalement différent.

Une étude Randstad publiée l’année dernière a quantifié l’une des plus grandes aspirations des employés espagnols : 68,6% d’entre eux voulaient du télétravail, mais leurs entreprises ne l’ont pas autorisé. La réalité avant mars dernier était assez différente car seulement 7,9% des salariés travaillaient à distance, au moins occasionnellement, au cours du quatrième trimestre 2019, ce qui équivaut à 1,5 million d’employés.

Cela a été reflété par Adecco dans son dernier rapport sur les opportunités d’emploi et la satisfaction, sur la base des informations de l’enquête sur la population active, qui a souligné que ce chiffre était un record, dépassant de quatre dixièmes le taux pour la même période de l’année précédente.

Mais les mesures de distanciation sociale pour ralentir l’avancée du coronavirus ont tout changé subitement. N’ayant presque pas le temps de réagir, des milliers d’entreprises ont déployé ce qui était nécessaire pour continuer à fonctionner à distance et leurs employés se sont familiarisés avec toutes sortes de plateformes de communication et de collaboration.

Pour se faire une idée, entre le 14 et le 21 mars, le nombre de téléchargements dans le monde des applications d’entreprise pour iOS et Android a atteint 62 millions, un chiffre qui représente le maximum historique hebdomadaire dans cette catégorie et une croissance de 90% par rapport à la moyenne hebdomadaire de 2019, selon App Annie. Ce consultant souligne qu’au cours de la troisième semaine de travail de mars, en Espagne, les téléchargements de Google Hangouts Meet, Zoom Cloud Meetings et Microsoft Teams se sont multipliés, respectivement, par 64, 27 et 15 par rapport à la moyenne hebdomadaire du dernier trimestre 2019.

Des résultats disparates

Les expériences de télétravail forcé pendant le confinement semblent avoir des résultats mitigés. « Là où il y avait déjà une certaine culture autour de cette activité, des augmentations de productivité peuvent se produire, mais dans les cas où elles ont été mises en œuvre rapidement, elles peuvent être contre-productives », explique Albert Cañigueral, co-fondateur de la communauté de l’économie collaborative OuiShare en Espagne. .

Selon lui, cette situation a permis de découvrir les limites des mythes du télétravail et de ses frictions face à la réalité. En ce sens, un autre obstacle est qu’en Espagne, un maximum de 4,4 millions de personnes pourraient travailler à distance, soit 22,3% de la population active totale, selon les données de Randstad. Les autres professionnels réalisent des activités dont la nature ne permet pas cette option car elle nécessite une attention en face à face.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *